Suivez-nous dans la première partie de notre roadtrip en toscane. Visites de villages médiévaux, randonnées et beaux paysages parsemés de cyprès sont au programme.
Du 24 au 29 avril 2019
6 jours
Partager ce carnet de voyage
Carte de la Toscane
Carte de la Toscane

En avril 2019, j'ai eu envie de me rendre en Toscane avec mon compagnon. Cette région d'Italie me faisait rêver avec sa belle campagne vallonnée, ses petits villages médiévaux, et ses villas entourées de cyprès.

Avec la promesse de pâtes, pizzas et glaces à chaque repas (ou presque), mon compagnon avait accepté cette nouvelle destination sans hésiter.

Bordée par la mer Tyrrhénienne à l'ouest, et par la chaîne des Apennins à l'est, la Toscane offre des paysages plus variés que ce qu'on croit. Comme nous n'avions que 6 jours à lui accorder, nous avons préféré ignorer ses kilomètres de côte, ses îles et ses grandes villes célèbres, comme Florence, Pise ou Sienne.

Nous nous sommes concentrés sur la campagne toscane en explorant principalement les territoires du Chianti, du Val d'Orcia, du Crete Senesi et du Val d'Elsa.

Pour nous rendre en Toscane, nous sommes partis de Belgique en voiture. Après avoir traversé la France et la Suisse, nous avons fait une étape d'un jour à Domodossola, dans le nord de l'Italie. C'était l'occasion de découvrir de belles vallées de montagnes, des gorges mystérieuses et des petits villages d'une autre époque.

https://www.lenemooquivoyage.eu/carnet/visites-randonnee-domodossola-cannobio-piemont-italie

Ensuite, il nous restait environ 550 km à parcourir pour rejoindre notre premier logement en Toscane, dans le village de Torrenieri.

En Italie, certains tronçons d'autoroutes sont soumis à des péages.

24
avr

Après être passés à proximité de Milan, Bologne et Florence, nous avons quitté l'autoroute pour prendre la route scénique SR222 et nous enfoncer dans la région du Chianti.

Cette dernière s'étend entre Florence et Sienne. Elle est réputée pour ses vins prestigieux, et ses collines sont donc couvertes de vignes. Mais des oliveraies, des bosquets et de belles villas entourées de cyprès s'intercalaient également dans le paysage.

Très vite, nous avons fait un premier arrêt dans le village de Montefioralle, à proximité de Greve in Chianti. Ce fut notre premier coup de cœur en Toscane.

Perché sur une colline, le village était minuscule. Le guide du Routard ne lui accordait que deux étoiles, mais pour nous, il était parfait avec ses petites maisons en pierre, ses ruelles pavées et sa muraille qui en faisait le tour.

La vue depuis Montefioralle était à l'image du village. Le Chianti s'étendait devant nous et nous avions hâte d'en découvrir le reste.

Après une petite heure d'exploration, nous avons donc repris la route SR222 en direction de Radda in Chianti.

Ce village était lui aussi stratégiquement positionné sur une colline. Plus grand que Montefioralle, il ne nous a pas autant marqué. Je n'ai d'ailleurs pris aucune photo de son centre historique! La vue que Radda in Chianti offrait sur la campagne était cependant très agréable et cette étape fut l'occasion de manger notre première (et pas la dernière) glace italienne. Miam!

La visite terminée, il nous restait un peu plus d'une heure de route pour atteindre Torrenieri. Bien entendu, le trajet a été ponctué de quelques arrêts photos! Ces clichés pris sont l'occasion de vous montrer à quel point les vignes et les collines boisées ont presque subitement laissé place à des prairies sans fin quand nous avons quitté le Chianti.

Bien que très réputé, le territoire du Chianti n'était en effet pas l'objectif principal de notre voyage en Toscane.

C'était son territoire voisin, le Val d'Orcia, qui m'attirait. Classés au patrimoine mondial de l'Unesco, ses paysages agricoles vallonnés ont été modelés à la Renaissance et ont peu changé depuis. D'abord rendus célèbres grâce aux peintres italiens, ils ont ensuite été mis en avant par les cinéastes et photographes du monde entier.

Nous avons exploré le Val d'Orcia pendant trois jours et pour cela, nous avions choisi de loger dans un appartement à Torrenieri. Ce village n'était ni touristique, ni beau, mais ce manque d'attrait le rendait du coup très paisible.

Nous l'avions surtout retenu pour sa situation par rapport aux points de départ des randonnées que nous voulions effectuer. Et malgré tout, nous lui avons trouvé un certain charme avec ses vieilles maisons en briques, sa voie de chemin de fer désaffectée et ses petits cafés et épiceries fréquentés par les locaux.

25
avr
Randonnée entre San Quirico d'Orcia et la Capella di Vitaleta

Pour notre premier jour dans le Val d'Orcia, nous avons choisi une randonnée de 9 km en boucle entre le village de San Quirico d'Orcia et la chapelle Madonna di Vitaleta.

Le point de départ de la balade se trouvait en contrebas de San Quirico, sur la Via Cerrecchio. Cette rue se poursuivait par un chemin en terre que nous avons suivi pour traverser des prairies.

Arrivés à un carrefour, nous avons laissé un chemin sur notre gauche (par lequel nous reviendrons) pour poursuivre tout droit sur une route non asphaltée. Celle-ci nous a fait remonter tout ce que nous venions de descendre. Mais nous avons été récompensés au sommet par de magnifiques vues et l'agréable parfum des chèvrefeuilles qui envahissaient les haies.

La route se poursuivait jusqu'à un autre croisement. De la droite arrivaient les touristes venus en voiture et par la gauche, nous rejoignions la Capella Madonna di Vitaleta. Datant du 16ème siècle, cette petite chapelle est une des plus photographiées de Toscane. Et c'est vrai qu'elle était toute mignonne entourée de cyprès.

Mais après avoir marché seuls dans la campagne toscane, nous trouvions qu'il y avait un peu trop de monde à notre goût et nous avons vite poursuivi notre randonnée. Un chemin de terre nous a fait descendre pour mieux remonter ensuite dans les bois.

Plus loin, nous avons croisé de belles fermes reconverties en "agriturismo". Mais ce n'est que plus tard que nous avons réalisé que l'une d'entre elles faisait partie des villas toscanes les plus photographiées. Comme nous avons marché juste à côté, nous sommes peut-être maintenant immortalisés sur de nombreux clichés!

Après avoir contourné cette dernière villa, nous avons marché à travers champs jusqu'à retourner au carrefour rencontré au début de la promenade. Nous avons alors pris le chemin de droite pour remonter à travers les prairies jusqu'à la Via Cerrecchio, où nous attendait la voiture.

Mais la balade ne s'arrêtait pas là. Il nous restait à parcourir les rues de San Quirico d'Orcia, en direction de son centre historique. Nous voulions y trouver un bon restaurant et celui que nous avons choisi, "L'Osteria del Cardinale", nous a ravis. En entrée, nous avons partagé un plateau de fromages de la région et comme plats, nous nous sommes régalés de pâtes à la crème d'asperges.

Une fois rassasiés, nous avons visité le village de San Quirico. Les églises étaient très belles avec leurs briques couleur miel. Quant aux jardins de Leonini (Horti Leonini) entourés des anciens remparts, ils nous ont beaucoup plu avec leurs parterres de buis.

Nous avons ensuite récupéré la voiture pour rentrer nous reposer à l'appartement.

25
avr

Au soir, puisqu'il fallait bien respecter ma promesse de pizzas à tous les repas (ou presque), nous nous sommes mis en quête de pizzas à emporter. La veille, nous avions testé celles de la pizzeria "El Merendero" à Torrenieri, mais nous avions été un peu déçus. Alors cette fois, nous avons pris la voiture pour nous rendre à Buonconvento, dans le village voisin. Nous avons commandé deux pizzas à emporter chez "Da Roby" et elles s'avérèrent délicieuses.

Buonconvento ne fait pas partie du Val d'Orcia, mais du territoire du Crete Senesi. J'en parlerai donc plus en détails dans le carnet suivant.

26
avr
Bagno Vignoni

Le lendemain, c'est un ciel maussade qui nous attendait. Cela ne nous a pas empêchés de nous mettre en route pour le village de Bagno Vignoni. Ses thermes sont connus depuis l'Antiquité. L'eau qui les alimente jaillit à une température de 50° et provient d'un volcan éteint dans les Apennins.

Au Moyen-Age, Bagno Vignoni était autant fréquentée par les personnages célèbres, comme Laurent de Médicis et le pape Pie II, que par les pèlerins de la Via Francigena. De nos jours, la plupart des touristes s'y rendent pour profiter des thermes ou pour déguster un verre de vin sur la place principale.

Au centre de celle-ci se trouve la "Vasca delle Sorgenti", un bassin de récupération datant du 16ème siècle. Nous en avons fait le tour sans avoir trouvé cette place particulièrement belle. Était-ce dû aux œuvres d'art placées (temporairement) dans le bassin et gâchant l'ensemble par leur aspect sale et fané?

Mais nous étions surtout venus à Bagno Vignoni pour son "Parc des Moulins" (Parco naturale dei Mulini) situé en contrebas du village. Cet espace naturel englobe les ruines de quatre moulins creusés au Moyen-Age dans la roche. Ils étaient alimentés par la même eau que les thermes et pouvaient ainsi fonctionner toute l'année, même en cas de sécheresse.

Dans ce parc, se trouvent aussi d'anciens thermes romains dont un bassin aux eaux turquoises. Beaucoup s'y baignent en été même si un panneau à l'entrée du parc l'interdit sous peine d'amende.

Malgré la pluie qui s'était mise à tomber, nous nous sommes promenés dans le parc pendant une petite heure avant de nous diriger vers la voiture en longeant en partie la rivière Orcia. Peu avant le parking, nous avons profité une dernière fois de la vue sur la vallée et le village voisin : Rocca d'Orcia.

En retournant à l'appartement via la SR2, nous nous sommes arrêtés à mi-chemin entre San Quirico d'Orcia et Torrenieri pour photographier LE groupe de cyprès le plus célèbre de Toscane. Deux petits parkings ont été aménagés le long de la route à proximité de ce spot photo, mais par beau temps, ils sont vite pris d'assaut et des ralentissements se créent sur cette route rapide. Prudence, donc!

Mais grâce au mauvais temps, nous avons eu la chance de trouver une place. A notre tour d'immortaliser ces fameux Cipressi di San Quirico d'orcia ! Depuis le parking, un chemin non asphalté remontait la colline et permettait de photographier les cyprès sous tous les angles (ou presque). Mais n'hésitez pas à vous retourner ou à pousser un peu plus loin car le restant du paysage en vaut la peine.

Après ce petit arrêt, nous sommes rentrés à l'appartement pour y faire sécher nos vêtements et nous préparer des pâtes au pesto. 😀

26
avr

L'après-midi, voyant que la météo s'améliorait, nous avons repris la route en direction cette fois du village de Monticchiello, point de départ de notre deuxième randonnée du jour. En chemin, nous avons fait plusieurs arrêts pour photographier les villages de Pienza et Monticchiello, ainsi que la Capella di Vitaleta, perchés sur leur colline respective.

Nous avons garé la voiture à l'entrée de Monticchiello, près du point de départ et d'arrivée de la balade. Mais avant d'entamer celle-ci, nous nous sommes rendus dans le centre historique, situé plus haut sur la colline et entouré de remparts. A nouveau, le guide du Routard et nous n'étions pas d'accord sur sa cotation. Ce village médiéval aux couleurs miel méritait plus qu'une étoile.

Randonnée aller-retour entre Monticchiello et Pienza

Ensuite, il était temps de redescendre pour entamer la randonnée. Celle-ci faisait 13 km et consistait en un aller-retour entre Monticchiello et la petite ville de Pienza. Au carrefour entre la "Strada Provinciale 88" et la "Viale Marino Cappelli", nous avons pris une route sans nom se dirigeant vers le nord-ouest.

Après quelques habitations, elle s'est transformée en une route non asphaltée qui nous a fait dévaler la colline de Monticchiello tout en nous offrant une vue sur le village.

La route circulait ensuite entre les champs et traversait des bosquets. A chaque croisement, de nombreux panneaux nous indiquaient la direction de Pienza et nous n'avions donc aucun risque de nous perdre. Bien sûr, tout ce que nous avions descendu, nous devions le remonter mais nous nous réconfortions avec l'espoir d'une glace trois boules à Pienza. 😋 De plus, les vues qui s'offraient à nous valaient bien tous ces efforts.

Enfin, nous étions à Pienza. La randonnée que nous avions choisie était bien pensée car nous sommes directement arrivés dans le centre historique (par la "Porta al Ciglio" sur la Via del Casello). Mais alors que le village de Monticchiello nous avait semblé désert et ignoré des touristes, nous avons été subitement plongés dans une marée de vacanciers.

Après avoir acheté nos glaces bien méritées à la "Gelateria Fredo II", nous les avons dégustées sur un banc de la belle place Pio II (Piazza Pio II). Celle-ci est nommée d'après le pape Pie II qui y fit construire au 15ème siècle une cathédrale et un palais.

Après cette petite pause, nous avons flâné dans la ville de Pienza en lui trouvant moins de charme que Monticchiello. Les nombreuses boutiques de pecorino, un fromage de brebis produit dans la région, nous ont beaucoup plu par contre.

Ensuite, nous sommes retournés vers Monticchiello en suivant le même chemin. Il n'y avait malheureusement par d'autre route de campagne que nous pouvions emprunter pour rendre l'itinéraire plus varié.

27
avr
Randonnée autour de l'Abbazia di Sant'Antimo

Pour notre troisième (et dernier) jour dans le Val d'Orcia, nous avons choisi une randonnée en boucle de 7,5 km partant de l'abbaye de Sant'Antimo (Abbazia di Sant'Antimo).

Située dans la municipalité de Montalcino, au pied du village de Castelnuovo dell'Abate, cette abbaye est de style roman et a connu son heure de gloire aux 11ème et 12ème siècles. A l'époque d'ailleurs, le village lui appartenait et servait de résidence à l'abbé.

La randonnée débutait du côté nord de l'abbaye, par un chemin en terre qui grimpait dans les bois. De temps en temps, une trouée parmi les chênes et les buissons de genêts nous offrait une jolie vue sur l'abbaye, le village de Castelnuovo dell'Abate et les collines des alentours. Celles-ci nous semblaient plus boisées et plus élevées que dans le restant du Val d'Orcia.

Plus haut, la forêt laissait parfois place à des oliveraies et à des parcelles de vignes. Ces dernières produisent les vins ayant l'appellation "Sant'Antimo". Ils s'apparentent au fameux "Brunello de Montalcino".

Nous avons ensuite traversé le joli village de "Villa a Tolli" (reconverti en salles de mariage) avant d'entamer notre retour vers l'abbaye de Sant'Antimo. Il fallait d'abord suivre une route non asphaltée sur l'autre versant de la vallée.

Au-delà de la ferme "Ventolaio", nous avons quitté la route pour replonger dans les bois. Plus exposée au sud, la végétation y était un peu différente. Aux chênes et aux oliviers, se mêlaient buissons en fleurs, cactus et plantes grasses.

Un petit sentier nous a fait dévaler la colline tout en nous offrant de magnifiques vues sur Castelnuovo dell'Abate et les villages voisins.

Il a rejoint ensuite un chemin de terre qui nous a ramenés à l'abbaye. Nous avons pique-niqué dans ses jardins avant de reprendre la voiture.

Il était temps de quitter le Val d'Orcia. Deux autres territoires toscans, le Crete Senesi et le Val d'Elsa, nous attendaient. Et si la suite de nos aventures vous intéresse, c'est par ici:

https://www.lenemooquivoyage.eu/carnet/voyage-randonnees-roadtrip-toscane-crete-senesi-val-d-elsa-carrare