× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
Deuxième partie du voyage. La jungle de Chiang Dao, les temples de Chiang Mai et de Sukhothai, et un refuge pour éléphants sont au programme.
Du 13 au 31 décembre 2012
19 jours
Partager ce carnet de voyage
Les étapes de notre voyage en Thaïlande
Les étapes de notre voyage en Thaïlande

En décembre 2012, je suis partie en Thaïlande avec mon compagnon. N'aimant pas trop les vacances à la plage, nous avions choisi d'explorer le nord et le centre du pays.

Dans le carnet précédent, je vous décrivais notre séjour à Bangkok, puis notre découverte du parc national de Khao Yai, et celle d'Ayutthaya, ancienne capitale du Siam.

Après avoir exploré les temples de cette dernière, nous allions prendre un train de nuit en direction de Chiang Mai, au nord de la Thaïlande, et c'est là que ce deuxième carnet reprend.

Pour notre premier train de nuit en Thaïlande, nous avions choisi de réserver nos couchettes dans un wagon 2ème classe, c-à-d qu'elles n'étaient pas situées dans un compartiment privé, mais le long de l'allée centrale du wagon.

Simples banquettes en journée, elles se transformaient en couchettes avec draps, couverture et oreiller fournis une fois le soir venu. Des rideaux nous offraient même un peu d'intimité.

Au moment de réserver, j'avais hésité entre un wagon avec ou sans air conditionné car des voyageurs sur les forums se plaignaient d'avoir eu très froid dans les wagons réfrigérés. Ne sachant que choisir, j'avais décidé que le trajet aller vers Chiang Mai se ferait dans un wagon conditionné, et que le retour s'effectuerait dans un wagon avec ventilateur.

Mais un voyageur averti en vaut deux. Au moment de nous mettre au lit dans ce premier train de nuit, nous avons sorti pantalons, sweat-shirt, chaussettes et petit sac de couchage, de sorte qu'au réveil, nos doigts et nos orteils étaient encore bien chauds.

Pour plus d'informations sur les trains en Thaïlande:

https://www.seat61.com/Thailand.htm#On_board_Thai_trains

Premier jour à Chiang Dao

Après 13h de trajet et un sommeil bercé par les mouvements du train, nous sommes arrivés à Chiang Mai.

A peine débarqués, nous avons pris un tuk-tuk pour nous rendre à la gare des bus (Chang Phueak). Nous y avons pris un bus en direction de la petite ville de Chiang Dao, à un peu plus d'une heure de route au nord de Chiang Mai.

Arrivés à destination, nous avons grimpé dans un taxi-songthaew (pick-up équipé de bancs et d'un toit) pour qu'il nous conduise à notre guesthouse.

Celle-ci s'appelait "Malee's Nature Lovers Bungalows", et comme son nom l'indique, nous logions dans un petit bungalow en plein milieu d'une nature luxuriante.

Une fois installés dans notre bungalow, nous avons passé le restant de la journée à manger et à nous reposer. C'était aussi l'occasion de faire une lessive "à l'ancienne" dans de grandes bassines fournies par le propriétaire.

Attention, qui dit nature en Thaïlande, dit moustiques. Et ils sont très doués pour détecter la moindre parcelle de peau non couverte par votre produit anti-moustique. Prévoyez en un pour pays exotiques et contenant au-moins 50% de DEET.


Deuxième jour à Chiang Dao

Le lendemain, nous étions prêts à nous dégourdir les jambes. A l'aide d'une carte fournie par notre hôtel, nous nous sommes lancés sur le "Nature Trail", une balade de 4,5km dans la jungle de Chiang Dao.

Elle démarrait non loin de notre guesthouse. Certains passages étaient un peu glissants et d'autres nécessitaient presque une machette, mais nous avons pu rejoindre le point d'arrivée sans encombre.

Non loin de là se trouvait la Chiang Dao Cave, une grotte sacrée. Il était possible de la visiter mais nous ne l'avons pas fait.

Nous avons plutôt préféré aller manger un délicieux repas au "Chiang Dao Nest 2" (qui proposait aussi des hébergements en bungalows, mais à des prix plus élevés).

Puis, en fin d'après-midi, nous sommes partis explorer le temple Wat Tham Pha Plong, accessible par un escalier de 500 marches. De nombreux proverbes bouddhistes affichés tout le long du chemin rendaient la montée moins pénible.


Troisième jour à Chiang Dao : The Flags

Pour notre dernier jour, nous avons décidé d'effectuer une randonnée de quelques heures jusqu'aux drapeaux que nous apercevions sur les collines surplombant Chiang Dao.

Equipés d'un gps fourni par la guesthouse, nous avons entamé une longue ascension à travers une forêt de bambous et de graminées.

Dans cette végétation dense, nous avions très chaud et bien vite, nous ne ressemblions plus à rien, trempés et couverts de graines de graminées. Nous avons tout de même poursuivi jusqu'au premier drapeau pour profiter de la vue avant de faire demi-tour.

Il semblerait que nous ne sommes pas les seuls à avoir rebroussé chemin !

https://kickaodisea.wordpress.com/2019/03/24/chiangdao-venividetsuites/

Après une bonne douche et une après-midi de repos, nous avons été diner au "Chiang Dao Nest 1" qui proposait des menus de Noël. Nous étions le 23 décembre et c'était l'occasion de nous plonger dans l'ambiance des fêtes de fin d'année au beau milieu de la jungle!

Visite de la vieille ville

Après trois jours à profiter de l'ambiance paisible de Chiang Dao, nous avons repris un songthaew, puis un bus, pour retourner à Chiang Mai.

Une fois installés dans notre hôtel (le V Lodge), nous avons passé l'après-midi à explorer la vieille ville et ses temples (notamment le Wat Chedi Luang, le Wat Phan Tao et le Wat Chiang Man).


Elephant Nature Park

Le lendemain, une excursion en dehors de la ville nous attendait. Nous allions passer la journée dans un refuge pour éléphants, l'Elephant Nature Park. Vers 8h, un minibus est donc venu nous chercher à notre hôtel.

Après 1h de trajet, nous sommes arrivés dans une belle vallée au milieu de laquelle était installé le refuge. Celui-ci recueille des éléphants maltraités, mais aussi des chiens errants et d'autres animaux.

La journée de visite a commencé par une vidéo nous présentant le parc et le travail de prévention effectué dans les villages voisins.

Ensuite, nous avons pu assister et participer au nourrissage des éléphants. Ceux-ci se promènent librement dans le parc à la recherche de leur nourriture, mais ils ne perdent pas l'occasion de venir réclamer quelques fruits ou plants de canne à sucre. Pour nous, c'était la possibilité de les approcher de très près.

Pendant le restant de la matinée, notre guide nous a présenté différents éléphants, tout en nous racontant leur histoire. Les éléphants pouvant vivre 70 ans, certains avaient connu de longues années de souffrance avant d'arriver au refuge.

Après un repas de midi pour nous, c'était l'heure du bain pour les éléphants. Certains pouvaient se baigner librement tandis que d'autres se faisaient doucher par les visiteurs. [Aujourd'hui, le refuge les laisse tous se baigner librement.]

Les éléphants adorent se baigner, mais il semble qu'ils n'aiment pas rester propres bien longtemps. A peine sortis de l'eau, ils se sont empressés de s'enduire de poussière, leur produit solaire naturel. Puis ils se sont offerts une petite séance de grattage. Les observer était très amusant.

Ensuite, nous avons encore pu passer un peu de temps avec les éléphants avant de reprendre le minibus pour rentrer à Chiang Mai.

Eléphants et maltraitance, le vrai du faux


- Malgré leur taille, les éléphants ont un dos fragile qui ne peut supporter que 150 kg. Ne montez jamais sur une nacelle placée sur le dos d'un éléphant. Le poids de celle-ci, votre poids, celui de la personne qui vous accompagne, et éventuellement du cornac, dépassera certainement les 150 kg.

Cependant, il est possible de monter sur un éléphant en se plaçant à cru, juste derrière ses oreilles.


- Les éléphants ont besoin d'ingérer entre 200 à 300 kg de nourriture par jour et de boire entre 100 à 200 litres. En ville, un éléphant n'a pas l'occasion de boire ou de manger correctement. N'encouragez jamais l'utilisation des éléphants en ville (pour des balades ou des tours de cirque). Ils y sont affamés et déshydratés.


- Le "dago" (crochet monté sur un bâton) ne fait pas mal. Il n'est pas tranchant et permet au cornac de diriger l'éléphant au niveau de ses oreilles et de le maitriser dans le cas où il prendrait peur. Il est donc normal que cet objet soit utilisé. Mais assurez-vous que son utilisation ne soit pas accompagnée de violence gratuite.


- Le "phajaan" est une méthode de dressage visant à torturer un éléphanteau sauvage et à le briser psychologiquement pour le faire obéir. Le phajaan et la capture d'éléphants sont interdits en Thaïlande. Malheureusement, il existe encore un trafic d'éléphants sauvages et il semble que cette technique de dressage soit alors toujours appliquée. Lorsque vous participerez à une activité avec un éléphant, vous ne pourrez être certain de la manière dont il a été dressé.


- Cependant, les éléphants représentent une source de revenus pour les locaux. Plutôt que de boycotter toute activité impliquant des éléphants, il vaut mieux favoriser les visites de refuges ou les excursions permettant une interaction plus naturelle avec l'animal (nourrissage, promenade à pied, ...). Attention toutefois, un refuge n'est pas l'autre, et les éléphants y sont parfois maltraités aussi!


Sur le sommet du Doi Suthep

Pour notre dernier jour à Chiang Mai, nous avons pris un tuk-tuk en direction du Doi Suthep (1676 m), un sommet sacré qui surplombe la ville. Il est surmonté par le temple bouddhiste Wat Phra That Doi Suthep, célèbre pour son "chedi" doré abritant des reliques.

Nous l'avons visité avant de reprendre notre tuk-tuk pour rentrer à Chiang Mai où nous avons passé le restant de la journée à flâner.

Au soir, nous sommes partis découvrir le Chiang Mai Night Bazaar, un énorme marché de nuit où je n'ai pas pu m'empêcher d'acheter quelques souvenirs!

Trajet vers New Sukhothai

Après avoir passé une semaine à Chiang Mai et dans ses environs, il était temps pour nous de retourner vers Bangkok. Mais d'abord, nous voulions explorer Sukhothai, la capitale du premier royaume de Thaïlande (juste avant Ayutthaya).

Vers 9h, nous quittions donc Chiang Mai à bord d'un train, et après six heures de trajet, nous débarquions dans la ville de Phitsanulok. Nous avons alors pris un tuk-tuk vers la gare des bus, et un peu plus tard, nous quittions cette fois Phitsanulok en direction de Sukhothai (1h30 de trajet).

Il faisait déjà sombre quand nous avons débarqué à la gare des bus de Sukhothai. La carte du Lonely Planet nous indiquant que notre hôtel (At Home Sukhothai) ne se trouvait qu'à 800 m, nous avons décidé de nous y rendre à pied et d'ignorer les chauffeurs de tuk-tuk qui tentaient de nous attirer avec des "Hostel very far".

Et bien, malheureusement pour nous, ils avaient raison. Le lonely planet s'était trompé dans l'échelle de la carte et notre hôtel ne se trouvait pas à 800 m, mais à 3 km. Avec un lourd sac à dos, il m'a effectivement semblé "very far"!


Visite du parc historique de Sukhothai

Le lendemain, nous sommes partis explorer la vieille ville de Sukhothai (Old Sukhothai) située à 15 km de celle où nous logions (New Sukhothai). Un tuk-tuk nous a déposés à l'entrée du parc historique où nous avons loué des vélos. Le site s'étend en effet sur plusieurs kilomètres et le parcourir à pied n'est pas une bonne idée.

Les ruines de Sukhothai sont classées au patrimoine mondial de l'Unesco. Une partie d'entre elles sont protégées par des fortifications, et c'est par celles-ci que nous avons commencé les visites.

Après avoir mangé dans un des restaurants situés à l'entrée du site, nous avons poursuivi notre exploration des temples, mais cette fois au-delà des fortifications.

Nous circulions alors en pleine campagne, ce qui nous a donné l'occasion de voir des rizières et de rencontrer un paysan sur un chariot tiré par des bœufs.

Explorer ces ruines en pleine nature nous aura en tout cas beaucoup plu.


Retour vers Phitsanulok et train de nuit vers Bangkok

Le lendemain, nous avons passé la mâtinée à l'hôtel, avant de 1) prendre un tuk-tuk vers la gare des bus de Sukhothai, 2) prendre un bus vers Phitsanulok, 3) prendre un tuk-tuk vers la gare de Phitsanulok.

Nous avons ensuite laissé nos sacs dans la consigne de la gare pour flâner dans la ville en attendant notre train de nuit vers Bangkok.

Cette fois-ci, c'est dans un wagon sans air-conditionné que nous allions dormir!

Evitez les wagons sans air-conditionné dans les trains de nuit en Thaïlande!

Etant donné que des rideaux séparent votre couchette du couloir, et que les ventilateurs se trouvent dans le couloir, vous aurez très chaud derrière votre rideau et vous dormirez mal.

Nous sommes arrivés à Bangkok au petit matin. Après cette mauvaise nuit dans le train, nous avons simplement passé la journée à nous reposer au bord de la piscine de l'hôtel (le même que lors de notre premier séjour à Bangkok).

Le lendemain, mon compagnon prenait l'avion pour rentrer en Belgique, tandis que je retrouvais mon amie pour six semaines de visites et de volontariat dans la province de Kanchanaburi, à l'ouest de la Thaïlande.