× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
Huitième et dernière partie de notre voyage. Nous découvrons les bouddhas de Leshan, et la montagne sacrée d'Emeishan.
Septembre 2018
24 jours
Partager ce carnet de voyage

En septembre 2018, je suis partie avec ma famille pour un voyage de 24 jours en Chine. Notre petit groupe se composait de sept adultes et quatre d'entre-eux n'avaient jamais été en Asie.

Amoureux de la nature, nous avons privilégié les parcs naturels aux grandes villes. Le voyage s'est effectué sans guide mais un minibus avec chauffeur avait été prévu pour faciliter une partie de nos déplacements.

Le voyage a débuté par le Sud de la Chine.

Un premier carnet relate nos aventures dans la région de Yangshuo, et aborde aussi le choix de l'itinéraire et nos impressions sur la Chine. Un deuxième carnet décrit nos découvertes dans les rizières de Dazhai, puis dans la ville de Fenghuang et sur la muraille de Chine du Sud

Le troisième carnet concerne aussi le Sud de la Chine. Notre itinéraire nous a conduits dans la vallée Miao de Dehang, dans le parc de Zhangjiajie et au sommet du mont Tianmen.

Nous avons ensuite quitté le Sud de la Chine pour Pékin et la Grande Muraille. Les quatrième et cinquième carnets décrivent notre découverte de la capitale et notre randonnée sur la muraille, entre Jiankou et Mutianyu.

Puis, direction le centre de la Chine. Le sixième carnet relate notre balade au sommet du mont Huashan et nos impressions sur l'Armée de Terracota et les Bains impériaux de Huaqing.

Nous avons ensuite commencé à explorer le Sichuan. Le septième carnet concerne Chengdu et la Bamboo sea de Shunan Zhuhai.


10 yuans (CNY ou RMB) = ± 1,3 € = ± 2 CAN$

23
sept
Carte de Leshan

Nous étions arrivés la veille à Leshan car nous voulions voir de plus près sa statue de Bouddha géant. Classée à l'Unesco, celle-ci fait 71 m de haut et a plus de 1200 ans. Elle a été taillée dans la falaise qui surplombait le confluent de deux rivières, dans le but de protéger les bateaux des dangereux courants qui s'y créaient.

La statue, ainsi que "l'Oriental Buddhist park" , divers temples, monastères et pavillons, font partie de la "Leshan Giant Buddha Scenic Area". Elle est située de l'autre côté de la rivière par rapport à la ville de Leshan.

Pour plus de facilité, nous avions donc choisi un hôtel situé sur la même rive, et nous permettant d'accéder au Bouddha en 20 minutes à pied. Nous avions eu l'intention d'être à l'entrée Nord du parc à l'ouverture (7h30), mais ce jour-là, le réveil fut difficile et ce n'est que vers 8h30 que nous avons quitté l'hôtel.

Après achat de nos billets (80 rmb/p) au "Tourist center", nous avons marché sur un large trottoir le long de la rivière, en direction de la "North Gate" (où pouvaient aussi s'acheter les tickets d'entrée). Sur la rive opposée, Leshan se cachait dans la brume.


Le Bouddha géant

A peine arrivés dans la "scenic area", nous nous sommes directement dirigés vers le Bouddha géant, de peur qu'une trop grande foule nous empêche ensuite d'accéder à ses pieds. Impossible de le manquer en tout cas. Rien que ses oreilles mesuraient 7 m de haut.

Après avoir examiné sa tête sous toutes les coutures, nous avons entrepris de descendre le long de la falaise pour pouvoir observer le Bouddha dans son ensemble. Comme il y avait déjà du monde, la descente nous a pris 30 minutes. Mais nous avions de la chance, car en cas de plus forte affluence, cela peut parfois prendre plusieurs heures.

Descendre aussi lentement avait ses avantages. C'était l'occasion d'examiner le système de drainage mis en place à l'époque dans la statue et qui l'a préservée jusqu'à aujourd'hui.

Le spectacle était aussi dans la falaise, qui abritait diverses statues ; et sur la rivière, où des bateaux allaient et venaient, chargés de touristes venus contempler le Bouddha depuis l'eau.

Après avoir pu constater que le Bouddha de Leshan avait aussi d'immenses pieds, il fallait remonter via un tunnel et d'autres escaliers taillés dans la falaise.


Oriental Buddhist Park

Ensuite, il était temps de commencer l'exploration de "l'Oriental Buddhist Park" (80 rmb/p à payer en supplément). Quelques blogueurs recommandaient de ne pas passer à côté de cette section de la "scenic area" car elle était jolie et moins fréquentée par les touristes.

Nous avons donc suivi leurs conseils et à notre tour, nous vous incitons à la visiter. C'était un havre de paix et sa découverte nous a plus enchantée que celle du Bouddha géant.

Créé en 1994, "l'Oriental Buddhist Park" abrite plus de 3000 statues de Bouddhas. Un grand nombre d'entre elles ont été taillées dans des grottes et mises en scène par des jeux de lumière.

D'autres ont été placées dehors et soumises aux conditions humides de Leshan. Cela leur a donné un air plus ancien.


Autres découvertes dans la "Leshan Giant Buddha Scenic Area"

Après "l'Oriental Buddhist Park" , nous voulions encore voir le "Haoshang bridge", le "Mahao Cave Tombs Museum" et le "Fishing village".

Le "Haoshang Bridge", un pont joliment décoré, menait à une île sur laquelle se trouvait un monastère, le "Wuyou Monastery". Comme nous avions vu assez de statues de Bouddhas et de divinités pour le restant de l'année, nous avons préféré ne pas le visiter.

Situé juste à côté du pont, le"Mahao Cave Tombs Museum" abritait des tombeaux creusés dans la falaise et ornés de gravures murales.

Typiques de la région, ils dataient de la dynastie Han (200 av JC - 200 ap JC). Les objets qu'ils avaient contenus étaient exposés en vitrine. Chiens de garde, chevaux, animaux d'élevage, maisonnettes, vaisselle, danseurs et musiciens en terre cuite devaient permettre aux morts d'avoir une vie convenable dans l'au-delà.

Le "Fishing village" était, quant à lui, un village de pêcheur transformé en une enfilade de restaurants et de boutiques de souvenirs. Salamandres, anguilles, tortues, écrevisses et poissons fraîchement pêchés attendaient leur sort dans des bassines à l'entrée. Mais nous avons préféré manger des nouilles dans un petit restaurant juste à côté du pont.

Ensuite, nous sommes retournés vers l'hôtel en prenant le temps cette fois-ci de flâner le long de la rivière et d'observer les beaux bâtiments du "Tourist center". C'est là que nous avons découvert un distributeur de papier toilette à reconnaissance faciale... Ils sont fous ces Chinois!


En route pour Emeishan

Emeishan, Baoguo et le mont Emei

A 16h, nous étions de retour à l'hôtel pour récupérer nos sacs et retrouver le chauffeur.

C'était parti pour 45 minutes de route en direction de la ville d'Emeishan et du quartier de Baoguo, où se situait notre hôtel, le "Quiet Boutique Hotel".

24
sept

En route pour le Golden Summit du Mont Emei

Le quartier de Baoguo est situé au pied du mont Emei. Sacré pour les Bouddhistes et classé à l'Unesco, il culmine à 3099 m. Ses pentes sont couvertes de forêts où se cachent de nombreux monastères et des singes chapardeurs.

Les pèlerins et les touristes courageux peuvent emprunter les multiples escaliers du mont pour atteindre le sommet en une dizaine d'heures. Si le temps le permet, ils y sont alors récompensés par une magnifique vue sur la plaine du Sichuan ou sur une mer de nuages.

Nos genoux nous ayant suppliés de ne pas leur faire subir autant d'escaliers, c'est grâce au système de bus et de téléphérique que nous allions rejoindre le sommet. Et au vu de la météo pluvieuse de ce jour-là, les chances d'avoir une belle vue étaient faibles.

La station de bus était située à Baoguo, sur le boulevard principal. Mais son entrée n'était pas simple à trouver et nous avons failli passer à côté. Les bus étaient en effet cachés dans une grande cour, à l'arrière des restaurants et des hôtels, Nous y avons acheté nos billets pour le mont Emei (160 rmb/p), ainsi que des tickets de bus pour la station de "Leidongping" (90 rmb/p A-R), la plus proche du sommet.

Le trajet jusque là a pris plus d'une heure et le chauffeur s'est arrêté à mi-chemin pendant 10 minutes pour que les touristes Chinois puissent faire le plein de snacks dans une petite échoppe.

Une fois arrivés à la station de Leidongping, il fallait marcher 30 minutes pour atteindre le téléphérique (65 rmb/p aller, 55 rmb/p retour).

C'était l'occasion de croiser des singes à l'épaisse fourrure et au gabarit imposant. Il s'agissait de macaques tibétains. Les touristes Chinois ne pouvaient pas s'empêcher de leur donner à manger et de se prendre en photo à côté. Nous avons préféré rester à distance.

Le trajet en téléphérique n'a pas duré bien longtemps. Pas assez en tout cas que pour nous emmener au-dessus des nuages. Le sommet était plongé dans le brouillard.

Mais ses temples et ses statues dorées étaient là pour nous rappeler que nous étions bien sur le "Golden Summit" du mont Emei.

Nous ne nous sommes pas trop attardés. Après avoir repris le téléphérique pour retourner à la station de Leidongping, nous avons pris un bus qui allait vers Baoguo en passant par la station de "Wuxiangang".


Balade vers la Monkey Zone

Seulement, le chauffeur n'a pas fait le détour jusque là et il nous a laissés à une intersection, à proximité d'un hôtel. Un minibus privé proposait alors de conduire les touristes jusqu'à Wuxiangang, mais nous avons préféré marcher le long de la route. Pourtant, il y a bien des bus qui font le détour jusque Wuxiangang car nous nous sommes faits dépasser quelques minutes plus tard par l'un d'eux...

Arrivés à la station, des touristes revenant de leur balade nous ont offert des bâtons en bambou. C'est que nous allions nous promener vers une zone où les macaques étaient nombreux et parfois un peu agressifs. Ils sont en effet habitués à recevoir de la nourriture des touristes, et n'hésitent pas à leur sauter dessus s'ils n'en acquièrent pas assez vite à leur goût.

Armés de nos bâtons, nous allions donc pouvoir explorer une jolie vallée sans trop risquer de nous faire voler nos affaires par des singes mal élevés.

La balade nous a d'abord menés jusqu'au pavillon "Qingyin", situé au carrefour de plusieurs chemins : celui par lequel nous étions arrivés, un autre qui permettait de descendre vers Baoguo, un troisième qui rejoignait le sommet via le "Wannian Temple", et un quatrième qui le gagnait via le "Xianfeng Temple" et la "Joking Monkey zone". Nous avons poursuivi la balade par ce dernier.

Plus loin, des panneaux nous ont avertis que nous entrions dans la "monkey zone". Celle-ci était aménagée avec des ponts suspendus et des petits pavillons. Mais la plupart d'entre eux n'étaient pas accessibles ce jour-là. Était-ce pour ça que nous ne voyions pas de singes? Ou étaient-ils plus loin?

Nous ne le saurons pas car il était temps de faire demi-tour et de retourner à Wuxiangang pour ne pas rater les derniers bus à 17h.

De retour à Baoguo, nous avons été dîner au "Teddy Bear Hostel". Nous y avions aussi mangé la veille. Les frites étaient bonnes, mais leurs plats Chinois étaient délicieux. Et en guise de dessert, nous avons eu droit à une visite guidée des chambres par le patron, perturbé par la fait que des occidentaux n'avaient pas choisi de dormir dans son hôtel.

25
sept

shopping et de repos avant notre vol de retour le lendemain.

Depuis le "rooftop" de notre hôtel, le "Xishu Garden Inn", nous avons eu droit à un petit aperçu du vieux Chengdu, caché derrière les gratte-ciels.

A l’accueil, une carte du Sichuan et des publicités pour des hôtels situés plus à l'Ouest, dans les hauts-plateaux à l'influence tibétaine, nous faisaient regretter notre départ. Après 24 jours à voyager en Chine, nous n'avions vu qu'une infime partie de ce magnifique pays. Nous allions devoir y retourner, c'était certain.