La région de Domodossola et du lac Majeur constitue une belle étape à faire en Italie. Vallées verdoyantes, cascades, gorges tortueuses, et petits villages mi-Suisses mi-Italiens vous y attendent.
Du 22 au 23 avril 2019
2 jours
Partager ce carnet de voyage

En avril 2019, je me suis lancée avec mon compagnon dans un road-trip vers l'Italie. Nous avions pour objectif de randonner en Toscane puis dans les Cinqueterre. Mais la Toscane étant située à plus de 12 heures de route de la Belgique, nous avons décidé que nous ferions une étape dans le nord de l'Italie.

Placé sur notre itinéraire, le fameux lac de Côme semblait être le candidat idéal pour un arrêt bien mérité.

Oui, mais après avoir traversé les Alpes en voiture, le chamois que je suis n'allait-il pas être frustré de ne pas avoir pu y gambader? Le lac et ses belles villas m'attiraient bien moins que les sommets encore enneigés des montagnes.

C'est alors que je suis tombée sur un article de blog qui décrivait la ville de Domodossola et les jolies vallées qui l'entourent. Et vous l'avez compris, il n'en a pas fallu plus pour que le lac de Côme soit relégué aux oubliettes. L'arrêt d'un soir prévu dans le nord de l'Italie s'est vite transformé en une journée d'exploration de Domodossola et de ses vallées voisines!

Pour nous rendre à Domodossola, nous avons longé le lac Majeur (Lago Maggiore). Celui-ci fait 65 km de long et c'est le deuxième plus grand lac d'Italie après le lac de Garde. Il est entouré de montagnes, et ses rives sont ponctuées de villages pittoresques. Curieux de découvrir l'un d'entre-eux, nous avons eu envie de faire une pause dans celui de Cannobio, sur la rive ouest du lac.

Bien qu'il soit seulement situé à quelques kilomètres de la Suisse, Cannobio nous a directement plongés dans la culture italienne avec ses petites ruelles et ses jolies maisons colorées. Nous y avons flâné pendant une heure tout en profitant de la vue sur le lac Majeur. Dommage qu'il ne faisait pas très chaud, sinon nous aurions bien goûté à notre première glace italienne dans une des gelateria du port!

Nous avons ensuite repris la route en direction de Domodossola où nous avions loué un logement airbnb.

Domodossola est située dans le Val d'Ossola, au nord de la région du Piémont. Elle est reliée à la Suisse par le tunnel ferroviaire du Simplon. Malheureusement, c'était une météo pluvieuse qui nous y attendait.

Au matin, nous avons d'abord exploré le centre historique de la ville. La place du marché (Piazza del Mercato) était toute mignonne avec ses vieilles maisons de travers.

A Domodossola, les amateurs d'histoire peuvent également se rendre sur la colline "Mattarella". On y trouve un ensemble de monuments religieux (Il Sacro Monte Calvario) datant du 17ème siècle et classés au patrimoine mondial de l'Unesco. Comme ils semblaient perdus dans la brume, nous avons préféré nous passer de la visite.

Ensuite, nous nous sommes mis en route pour le Val d'Antigorio, au nord de Domodossola.

Cette vallée et celle de Formazza (que nous découvrirons juste après) ont été créées autrefois par le glacier Toce. Les torrents qui s'écoulaient de celui-ci ont progressivement formé d'étranges gorges dans la roche. Ces gorges, appelées Orridi, sont nombreuses dans la vallée d'Antigorio, particulièrement à proximité du village de Baceno.

Nous avons choisi d'explorer les gorges de l'Orrido Sud di Uriezzo. Pour atteindre le début de notre randonnée, il fallait se rendre dans le village de Premia, puis prendre une petite route vers la droite en direction de la chapelle Santa Lucia (Oratorio di Santa Lucia). Un parking était situé juste à côté.

La balade nous a d'abord conduits dans les alpages avant d'aboutir à un escalier menant au fond des gorges. Celles de l'Orrido Sud di Uriezzo sont longues de plus de 200 mètres, et ont une profondeur de 20 à 30 mètres.

A l'intérieur, ce n'était qu'un grand terrain de jeu. Il fallait parfois se faufiler entre les parois, s'enfoncer encore plus profondément à l'aide d'escaliers, ou éviter l'eau qui ruisselait. Une fois arrivés de l'autre côté, nous avons été très tentés de refaire le chemin en sens inverse!

Mais nous avions prévu de faire une randonnée en boucle et d'autres créations de la nature nous attendaient. A la sortie des gorges se trouvaient notamment deux petites cascades.

En suivant un chemin forestier, nous sommes arrivés auprès de la rivière Toce (du même nom que le glacier). Depuis le pont qui la traversait, nous pouvions admirer les marmites du géant (Marmitte dei Giganti). Il s'agit de formations circulaires creusées dans la roche par la force du courant. L'eau verte contrastait joliment avec la roche polie et rendue plus sombre par la pluie.

Après avoir traversé le pont, il fallait remonter dans les bois, en empruntant un sentier aménagé en escaliers. Arrivés à une bifurcation, nous nous sommes dirigés vers l'Orrido de Balmasurda, une gorge au fond de laquelle coule le Toce avant de se jeter dans les marmites et de poursuivre son cours vers le lac Majeur.

La vue depuis le pont qui enjambait l'Orrido de Balmasurda était impressionnante. Au-delà de celui-ci, le chemin remontait vers les prairies que nous avions traversées au début de la randonnée. La boucle était bouclée et nous pouvions retourner à la voiture.

Après la balade, il est possible d'aller se détendre dans les Thermes de Premia, situés à 5 minutes en voiture du village, le long de la route principale. Ils sont alimentés par la source Cadarese. L'eau qui en jaillit est riche en sulfates et a une température de 42°.

https://www.premiaterme.com/en/home

Nous n'avons pas profité des thermes, préférant prolonger la balade à pied par une traversée en voiture de la vallée d'Antigorio. Nous sommes ainsi passés par d'adorables villages, à l'architecture plus Suisse qu'Italienne. C'est qu'au Moyen-Âge, la vallée a été colonisée par des Walser (des Suisses du Valais) et ils y ont laissé leur marque. Les maisons sont couvertes d'un lourd toit de pierre, et les murs des plus anciennes d'entre-elles sont faits de bois noirci et de pierre du pays. Les villages de Passo et Chioso en sont particulièrement pourvus.

Au-delà du village de Foppiano, la vallée d'Antigorio se prolongeait par celle de Formazza. Dans cette vallée, l'architecture Walser était un peu moins présente et plus nous montions en altitude, plus les villages ressemblaient à des stations de ski. Le Val Formazza est en effet réputé pour ses pistes de ski de fond.

Mais il est aussi connu pour sa cascade du Toce. Celle-ci est alimentée par la rivière Toce (encore elle) qui prend sa source plus haut dans la vallée, sur le plateau de Riale. La cascade débute à 1675 m d'altitude et chute sur 143 m. C'est la plus haute des Alpes et une des plus impressionnantes. Mais seulement à certaines heures en été. En effet, le reste du temps, l'eau qui l'alimente est captée dans des tuyaux à des fins hydroélectriques.

Nous nous sommes rendus jusqu'à la cascade. Vue depuis le ponton en bois qui la surplombait, elle restait impressionnante malgré son faible débit.

A cette altitude, il y avait du brouillard, la neige était encore présente et il faisait très froid. Du coup, nous n'avons pas voulu pousser plus loin vers le fond de la vallée. Nous sommes retournés à Domodossola où le printemps était déjà bien présent.

En été, n'hésitez pas à vous rendre jusqu'au bout de la vallée de Formazza. On y trouve le plateau de Riale d'où il est possible d'effectuer plusieurs randonnées, notamment vers le lac de retenue de Morasco, et le col de Gries.