× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
Grimpez avec nous sur une montagne sacrée à la dangereuse (mais désormais fausse) réputation.
Septembre 2018
1 jour
Partager ce carnet de voyage

Au cours d'un voyage de 24 jours en Chine avec ma famille, nous avons fait une étape de deux jours à Huayin, dans la province du Shaanxi.

Cette ville n'a pas grand intérêt mais elle est pourtant très fréquentée car située au pied du mont Huashan, une des cinq montagnes taoïstes de Chine.

La plupart des visiteurs se rendent sur le mont Huashan pour la journée en prenant le bus (2h) ou le train (1h) depuis la grande ville de Xi'an. Mais d'autres, comme nous, logent à Huayin dans le quartier de Huashanzhen (Huashan village).

Au départ, nous avions en effet prévu de passer deux jours à explorer la montagne. Mais la météo nous en ayant empêché, nous n'y avons passé qu'une journée.

Si vous aimeriez savoir comment vous rendre dans le quartier de Huashanzhen, et où vous pourriez manger et dormir, n'hésitez pas à consulter le carnet Voyage en Chine : Huashan et l'armée de Terracotta.

Le Mont Huashan regroupe cinq pics différents. Le pic Nord (1615 m) et le pic Ouest (2082 m) sont accessibles à pied ou en téléphérique. Les autres pics se rejoignent depuis les deux premiers par des sentiers et des escaliers taillés dans la roche.

Les différents sommets du Mont Huashan

Monter en téléphérique

Pour accéder au pic nord ou au pic ouest en téléphérique, il faut d'abord se rendre en bus ou en taxi jusqu'au "Tourist Center" près de la "East Gate".

C'est là que s'achètent les billets d'entrée pour Huashan (160 rmb/p) ainsi que les tickets de bus pour rejoindre les téléphériques (40 rmb/p/trajet pour celui du pic Ouest. et 20 pour celui du pic nord).

Une fois arrivés à la station de téléphérique de votre choix, il faudra payer le prix du trajet en téléphérique (80 rmb/p/trajet pour le pic nord et 140 rmb/p/trajet pour le pic ouest).


Comment rejoindre le pic nord à pied?

Le pic nord peut être atteint via deux sentiers :

-Le Sentier des soldats démarre au niveau de la station de téléphérique inférieure du pic Nord. Uniquement composé d'escaliers très raides et vertigineux, il permet de rejoindre le pic en 2h.

-Le sentier "classique" débute du "Jade Spring Temple" au milieu du Huashan village. La montée prend entre 3 à 5h selon votre condition physique. Le dernier tronçon est également constitué d'escaliers assez raides, mais moins dangereux que ceux du premier sentier.

Ceux qui effectuent ce deuxième parcours peuvent acheter leur ticket d'entrée pour le mont Huashan en chemin, au "Huashan Gate Ticket Office".

Comment rejoindre le pic ouest à pied?

L'ascension du pic Ouest peut se faire en partie à pied, depuis le village de Huashan jusqu'à la station intermédiaire du téléphérique (du moins c'est ce que nous indique la carte fournie par notre hôtel). L'achat du billet d'entrée se fait alors au "Xian Yu Ticket Office".

Bizarrement, l'itinéraire n'est pas (encore) décrit sur internet.

Comme il pleuvait le jour de notre visite, nous avons décidé d'atteindre le sommet du Mont Huashan en téléphérique, en espérant qu'à plus de 2000 m d'altitude, nous nous trouverions au-dessus des nuages.

Depuis le "Tourist center", un bus nous a emmenés jusqu'au téléphérique du pic ouest.

Le trajet a pris environ 40 minutes. Le bus a d'abord circulé en ville, puis dans une vallée de montagne (la "Weng Valley"), avant de nous déposer devant un bâtiment où nous avons acheté nos tickets pour le téléphérique.

Nous nous sommes également procuré des pitas version chinoise. Ne sachant pas trop quelles allaient être les possibilités de restauration au sommet, il valait mieux se remplir l'estomac. Et effectivement, il n'y avait pas grand chose là-haut à part quelques vendeurs de chips. Mais peut-être était-ce dû au mauvais temps.

Pour accéder à la station de téléphérique, il fallait ensuite passer un portique de pierre, rendu mystérieux par la brume, avant de grimper plusieurs volées d'escalier.

Le trajet dans une petite cabine jusqu'au sommet a pris environ 20 minutes. Très vite, nous avons été enveloppés par les nuages et cela n'augurait rien de bon pour la vue au sommet. Mais, progressivement, le téléphérique les a traversés, et la mer de coton qui s'est alors offerte sous nos yeux était juste magnifique.

Après une dernière section de câbles, très raide et impressionnante, la cabine a atteint la station, creusée dans la roche.


Pas de temps à perdre. Tant que la météo le permettait, nous avons d'abord marché le long d'une crête en direction du pic Ouest et de son temple, le "Cunyun Palace".

Le Mont Huashan étant en effet sacré pour les Taoïstes, divers temples et pavillons de méditation ont été construits sur ses pics. D'ailleurs, de nombreux rubans de prières rouges, accrochés aux barrières, flottaient au vent et renforçaient l'aspect religieux de cette montagne.

Puis, nous sommes retournés sur nos pas pour nous diriger vers le pic Sud. En chemin, nous avons traversé la cour d'un bâtiment appelé "Alchemy furnace". Comme son nom l'indique, il abritait à l'époque un fourneau utilisé par des alchimistes Taoïstes.

Un peu plus loin, un point de vue nous laissait entrevoir la chaîne des Alpes Szechuan dont le Mont Huashan fait partie. Cette chaîne de montagnes, aussi appelée Qin(ling) mountains, crée une frontière naturelle entre le nord et le sud de la Chine. Son plus haut sommet est à 3750 m d'altitude.

Le Mont Huashan, lui, culmine à 2155 m avec le pic Sud. Celui-ci abrite le "Jintian Palace", un temple que nous avons exploré.

Ensuite, la balade s'est poursuivie vers la "South Heavenly Gate" qui offrait une vue dégagée sur un petit pavillon de méditation appelé "Chess Pavilion".

C'était aussi le point d'accès à une via ferrata, la "Changkong plank road", fermée ce jour-là au vu des conditions météos.

Le parcours de celle-ci est une version sécurisée d'un des périlleux sentiers creusés à l'époque dans les falaises vertigineuses du Mont Huashan par les pèlerins et les moines. Ils conféraient à cette montagne la réputation d'être dangereuse.

Après avoir profité de la vue à la "South Heavenly Gate", nous avons décidé de retourner au téléphérique du pic Ouest. Nos vêtements étaient trempés à cause d'une petite bruine constante, et nous commencions à avoir froid.

Si la météo avait été meilleure, nous aurions été jusqu'au pic Est, où nous aurions passé la nuit dans un refuge. Il nous aurait ainsi été possible d'assister le lendemain au lever du soleil sur le Mont Huashan avant de rejoindre le pic Nord et de descendre en téléphérique.

Ce n'était pas pour cette fois-ci en tout cas. En nous dirigeant vers le téléphérique du pic Ouest, nous avons pris un autre chemin qu'à l'aller, ce qui nous a permis de profiter encore un peu des paysages du Mont Huashan.

Après êtres redescendus du pic ouest par le téléphérique, nous avons repris le bus en direction du Tourist Center. Mais nous n'avons pas dû aller jusque là. Un "Nihao" et un doigt pointé sur la carte ont fait en sorte que le chauffeur nous dépose gentiment près de notre hôtel.

A aucun moment, nous ne nous sommes sentis en danger sur les chemins que nous avons parcourus. Mais il faut rester prudent en cas de forte affluence ou de conditions hivernales. Et ceux qui ont le vertige feraient mieux d'éviter la visite.

Il est vrai qu'à l'époque, les pèlerins et les moines risquaient leurs vies sur certains sentiers. Mais de nos jours, ils ont été élargis et équipés de barrières ou de filets.

A l'exception de celui reconverti en via ferrata, les chemins les plus exposés ont été fermés au public. Et les escaliers trop raides, conservés pour le show, jouxtent souvent un escalier plus large et en pente douce.

Les seuls dangers pourraient en fait être liés au Sentier des soldats (décrit plus haut) et à la Changkong plank road.

En ce qui concerne la Changkong plank road, il s'agit d'une via ferrata comme on pourrait en trouver ailleurs en montagne. Le matériel semble maintenu en bon état et les touristes sont équipés d'un harnais.

Mais le parcours sur les échelles et les planches de 30cm de large s'effectue dans les deux sens. En cas de forte affluence, les gens doivent donc passer les uns par dessus les autres et se retrouvent à attendre en trop grand nombre sur les sections de câbles. Pour peu qu'une personne utiliserait mal son harnais, un accident pourrait donc vite arriver.