Accompagnez-nous dans les dunes de la Slack et les pâturages du Cap Blanc Nez. Prenez de la hauteur sur les falaises du Cap Griz Nez, et reposez-vous sur la plage de la Crevasse.
Juillet 2018
3 jours
Partager ce carnet de voyage

Parce qu'un long week-end de trois jours s'est présenté et qu'au lieu d'en profiter pour me reposer à la maison, j'ai décidé de partir en emmenant mon compagnon dans mes valises. J'avais envie d'aller à la mer. Etant belge, j'aurais pu tout naturellement traverser le pays et me retrouver en deux heures sur la plage d'Ostende, Nieuport ou Blankenberg. Mais j'ai préféré aller à la côte d'Opale.

Non pas parce que je trouve la côte belge inintéressante. Bien au contraire. On peut y faire plein de choses : savourer des babeluttes* sur la plage, manger des moules - frites, faire bronzette sur un essuie* (quand le temps belge le permet), chercher les mollusques sur les brise-lames, fabriquer des fleurs en papier crépon et les revendre pour une poignée de coquillages, faire des glissades et des cumulets* dans les dunes, pédaler en cuistax* sur la digue, ... [Si vous n'avez pas compris la moitié des mots de ce paragraphe, veuillez vous reporter au dictionnaire ci-dessous.]

Mais j'avais besoin de randonner, de voir de beaux paysages, des plages sans fin et et des falaises vertigineuses. Et la côte d'Opale, dans le Nord-Pas-de-Calais, à 3 heures de route seulement de chez nous, avait tout cela à nous offrir.

En plus, la côte d'Opale, c'était joli comme nom. Il faut dire que la côte française porte des noms séduisants : côte d'opale, côte d’albâtre, côte de nacre, côte d'émeraude, côte d'azur, ... Le nom change d'une section à une autre, en fonction de caractéristiques géologiques et de la couleur de l'eau. En comparaison, la côte belge s'appelle juste ... la côte belge. C'est tout de suite moins glamour.

Petit dictionnaire Belge-Français:

- babelutte : spécialité de type caramel mou

- essuie : serviette de bain

- cumulet : culbute

- cuistax : voiture à pédales

Nous avons utilisé airbnb pour louer un studio avec cuisine, afin de ne pas trop dépenser en logement et nourriture. Pour un prix raisonnable, nous avions le choix entre loger dans la ville de Boulogne-sur-mer, ou dans la campagne. Ailleurs sur la côte, les prix étaient beaucoup plus élevés. Nous avons jeté notre dévolu sur un studio tout cosy dans le village d'Echinghen, en pleine campagne mais à proximité de l'autoroute. Nous avons payé 115 € pour 2 nuits, en haute saison.

J1
Boucle de la Slack

Nous sommes arrivés à Echinghen, près de Boulogne-sur-mer, en début d'après-midi. Il avait un peu plu pendant le trajet, mais près de la côte, la pluie avait laissé place à un ciel un peu voilé. C'était tout ce dont nous avions besoin pour commencer notre exploration de la côte d'Opale.


Une fois nos affaires installées dans le studio, nous avons donc repris la voiture pour un court trajet en direction de la station balnéaire de Wimereux et du lieu-dit "La Pointe aux oies", départ de notre balade du jour. En plus de proposer des places de parking, cette pointe offre une vue dégagée sur la longue plage sauvage qui s'étire entre Wimereux et la ville d'Ambleteuse, située plus au nord sur la côte.

La première partie de la balade s'effectuait sur cette plage, en direction d'Ambleteuse et de son fort. La pluie et la marée avaient rendu le sable bien compacte et il nous était donc facile d'avancer. Qu'il était agréable de respirer l'air de la mer!

En arrivant à l'estuaire de la Slack, juste en face du fort d'Ambleteuse, il fallait quitter la plage et s'enfoncer dans les dunes par un chemin aménagé. Celui-ci était ensablé par endroits. La végétation autour de nous semblait très variée et de drôles de chardons fleurissaient parmi les touffes d'oyats.

Le chemin se poursuivait le long de prairies bordant la Slack, puis sur les berges aménagées de celles-ci, en nous faisant passer sous la route. Un chemin sur caillebotis nous faisait ensuite traverser une zone humide avant de nous plonger au cœur des dunes de la Slack, pour la deuxième moitié de la balade.

Aaah, les dunes de la Slack! Ça a l'air sympa comme ça en photo, mais qu'est-ce que j'ai pesté pendant toute cette section de notre promenade. Mes petits pieds s'enfonçaient dans le sable et j'avais l'impression de faire du sur place sur ce chemin qui ne cessait de monter et descendre. Cela m'a semblé interminable et j'ai été contente de retrouver la route et le parking un peu plus loin.

Que ce récit ne vous décourage pas pour autant. Les dunes sont vraiment belles et, ni mon compagnon, ni les joggeurs que nous avons croisés, ne semblaient dérangés par ce sable.

Cette balade fait un peu plus de 5 km et nous avons mis un peu moins de 2h à la faire. Comme vous vous en doutez, elle est déconseillée aux poussettes.

J2
Le Site des Deux-Caps

La veille, en nous promenant entre Wimereux et Ambleteuse, dans les dunes de la Slack, nous avions commencé à explorer une portion de la côte d'Opale appelée Site des Deux-Caps.

Ce site est classé Grand Site de France. Il fait partie du Parc Naturel Régional des Caps et Marais d'opale, et s'étend depuis la Pointe de la Crèche, au Sud de Wimereux, jusqu'à Blériot-Plage, à l'ouest de Calais.

Ce jour-là, nous avions donc envie d'aller voir de plus près ces caps qui ont donné leur nom au site. Il s'agit des Cap Griz Nez et Blanc Nez, situés de part et d'autre de la baie de Wissant.


La partie côtière du sentier des crans

Nous avons commencé par le Cap Griz Nez en choisissant de l'atteindre par une balade en boucle de 13 km depuis le village d'Audresselles. Appelée sentier des crans, cette promenade suit en partie le GR 120. Un "cran" est une entaille naturelle dans la falaise, qui donne accès à la mer.

La météo étant bien meilleure que la veille, c'est sous un ciel bleu que nous avons pu randonner et attraper des coups de soleil.

La première moitié de la balade s'effectuait sur les falaises, en nous offrant d'abord une jolie vue sur le village d'Audresselles et la plage de la "Pointe du Nid de Corbet". Plus loin, notre regard était attiré vers les champs et les bunkers, vestiges de guerre colorés par des graffitis.

Le chemin se poursuivait avec le bleu de la mer sur notre gauche. Les crans que nous franchissions étaient indiqués par des panneaux. Dommage qu'aucune explication n'était proposée quant au choix du nom, parce que Cran Mademoiselle, Cran Poulet, Cran aux œufs et Cran Barbier, c'était plutôt intriguant.

Enfin, le Cap Griz Nez et son phare ont fait apparition dans le paysage. Plus nous en approchions, plus le nombre de touristes augmentait. Le Cap est en effet facile d'accès en voiture.

Par beau temps, il offre un point de vue sur les falaises anglaises. C'est en fait le point du littoral français le plus proche de l'Angleterre. Cette position a fait du Cap Griz Nez un lieu stratégique au cours des guerres. Tout autour du phare, de nombreux panneaux illustraient d'ailleurs son histoire.

La boucle du sentier des crans continuait ensuite en pleine campagne jusqu'à rejoindre Audresselles. Mais, comme le soleil était plus écrasant au milieu des champs, nous avons vite bifurqué pour retrouver le chemin pris à l'aller. Le long des falaises, une petite brise nous permettait au-moins de nous rafraîchir.

De retour au parking près d'Audresselles, nous avons pique-niqué avant d'aller jeter un œil à ce petit village de pêcheur. Il était tout mignon et semblait avoir conservé son architecture d'antan. Mais à l'heure du déjeuner, il y avait un peu trop de monde à notre goût et nous ne sommes pas restés longtemps. Nous avons préféré rentrer nous reposer au studio car une autre balade était prévue plus tard dans la journée.

• • •
Les balcons d'Escalles

A 19h, nous avons repris la voiture, en direction du village d'Escalles, au nord de Wissant. C'était le point de départ de la deuxième randonnée du jour, les Balcons d'Escalles, qui allait nous mener jusqu'au Cap Blanc Nez.

Depuis le parking, nous avions une jolie vue sur le monument placé au sommet du Cap et dédié à la Dover Patrol (section de la Royal Navy, chargée de la sécurité en Mer du Nord au cours de la première guerre mondiale).

Notre balade du soir devait d'abord nous entraîner en pleine campagne pour rejoindre ensuite le village de Hautes Escalles. Mais étant un peu fatigués par celle du matin, nous avons préféré rejoindre le village directement par la route. De là, une autre route nous a emmené vers le lieu-dit "Noires Mottes", tout en nous offrant de magnifiques vues sur la campagne.

Ensuite, nous avons marché sur une ligne de crête en direction du Cap Blanc Nez. A droite et à gauche, des champs et des prairies à perte de vue. Et à l'horizon, le soleil qui plongeait doucement vers le mer.

Le chemin descendait après vers le Cran d'Escalles, d'où nous avons pu admirer un magnifique coucher de soleil.

Nos estomacs criant famine, nous avons malheureusement dû nous arracher à la contemplation de ce spectacle pour retourner à la voiture. Direction la ville de Wimereux où nous avons commandé à emporter une spécialité locale : le Welsh. D'origine galloise, ce plat aurait été importé à la Côté d'Opale au Moyen-Age. Il s'agit d'une tranche de pain grillée garnie de cheddar, de jambon et d’œuf, le tout passé au four. C'était très bourratif et ça n'avait rien d'exceptionnel, mais il fallait tester.

Pendant que nous attendions nos plats, nous en avons profité pour nous promener sur la digue de Wimereux où s'alignaient de jolies cabines de plage. Le soleil terminait de se coucher, et sur la plage, des mouettes fouillaient le sable à la recherche de mollusques apportés par la marée.

J3

Dernier jour à la côte d'Opale. Comme le soleil était de nouveau au rendez-vous, et que nous étions fatigués par les randonnées des jours précédents, nous avons eu envie d'aller nous reposer à la plage. Oui, mais laquelle? Nous n'avions pas encore exploré la côte au sud de Boulogne-sur-mer, alors après un coup d’œil sur la carte, notre choix s'est porté sur la Plage de la Crevasse, au nord d'Equihen-Plage.


Cette plage est située dans une petite crique. Elle est accessible par un escalier, mais faites comme nous et prenez d'abord le temps d'arpenter les falaises et d'admirer la vue avant de descendre.

Après quelques heures à se prélasser sur la plage et à courir dans les vagues, nous sommes retournés au studio pour retirer le sable coincé dans nos maillots, et récupérer nos affaires. Il était malheureusement temps de rentrer à la maison et de quitter la côte d'Opale.

Si belle et pourtant si proche, ce petit bout de côte nous aura laissé de magnifiques souvenirs. C'est sûr, nous y retournerons! Et cette fois, nous explorerons un peu plus sa moitié sud. Il doit sûrement y avoir de belles balades à faire du côté du Touquet et de cette ville au doux nom de Berck.